Le Musée Virtuel du Vin se transforme

hamilton les frères clarke et d autres gentlemen prenant du vin

LES FRÈRES CLARKE ET D’AUTRES GENTLEMEN PRENANT DU VIN
Gawen Hamilton, entre 1730 et 1735, Yale University, New Hawen, CT, US

 


RÉNOVATION DU MUSÉE ET DE SON SITE, NOUVEAU BLOG

Meilleure qualité des images, provenant le plus souvent des lieux mêmes de conservation. La structure du site et certains textes ont également été modifiés.

MVV Le Musée Virtuel du Vin

De nouvelles rubriques ont été créées, comme la sélection de 30 oeuvres pour vous permettre une visite rapide.

Sélection

Le blog du Musée est désormais intégré au site. Les articles du présent blog sont en cours de transfert. Tenez-vous informé des nouvelles publications de posts sur ce blog en vous y abonnant (log in, en haut à droite). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.

Nouveau blog

Le Musée Virtuel du Vin se développe sur Twitter et compte plus de 500 abonnés.

Twitter


723 OEUVRES

De nombreuses nouvelles oeuvres font désormais partie de l’ensemble des collections de peinture – De Vin divin en vin Sacré, De Boire en savoir-boire, De Vigne en port, En Nature morte, En illumination. De nombreux nouveaux commentaires sont également disponibles.

Vin et peinture


VIDEO

Grâce au témoignage des peintres, découvrez les buveurs de vin à travers les époques.

Les Buveurs de vin, le témoignage des peintres


ÉDITION BILINGUE

Le Musée Virtuel du vin a avec The Virtual Wine Museum son pendant en anglais.

MVV The Virtual Wine Museum

Wine Drinkers, painters bear witness 

Museum on Twitter

 

Publié dans Formes artistiques | Tagué , , ,

Pour son VIe anniversaire, Le Musée Virtuel du Vin fait peau neuve

Cosimo Les mesaventures de Silene

Piero di Cosimo, Les Mésaventures de Silène (c. 1500), Fogg Art Museum, Harvard, Cambridge 

Le Musée Virtuel du Vin fête son sixième anniversaire avec une profonde rénovation : plus d’œuvres, plus de 600, dont environ 500 œuvres picturales – tableaux, fresques et enluminures – contre 175 à l’origine. Elles sont toutes agrandissables dans le format d’origine de la reproduction numérique et souvent en haute définition ; des reproductions venant des lieux mêmes de conservation (musées, fondations,…) chaque fois que possible ; plus de commentaires contextuels ; une navigation plus aisée ; une présentation et une muséographie plus chaleureuses. Deux nouvelles galeries : « Entourage de Dionysos » et « Vin et politique ». Depuis le 1er juin, une exposition virtuelle est consacrée au peintre abstrait Bertrand Sallard. A l’automne, plus d’œuvres encore seront mises en ligne. Fin 2017, les œuvres seront plus largement commentées. Enfin, au cours de 2018, le Musée Virtuel du Vin sera disponible en anglais et deviendra « The Virtual Wine Museum ».

Pour découvrir ou redécouvrir Le Musée Virtuel du Vin >> 

^ Si Silène accompagne sans cesse Dionysos, dont il est le père adoptif et le précepteur, il est en outre le dieu personnifiant l’ivresse. Silène tente, sans descendre de son âne, de se fournir en miel dans un arbre creux. Il est alors attaqué par des abeilles. A gauche, il est soigné avec du jus de mûres. A droite, il est péniblement remis sur pieds.

Galerie « Entourage de Dionysos » >>

Tenez-vous informé des nouvelles publications sur le site du MVV Musée Virtuel du Vin en vous abonnant à son blog (colonne de droite ci-contre). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail

Publié dans 16° siècle, Harvard, Fogg Art Museum, Nectar des dieux, Peinture, Piero di Cosimo | Tagué , ,

Les méfaits du vin dénoncés par Vermeer

Johannes Vermeer, Soldat et jeune fille souriant (ca. 1658), The Frick Collection, New-York

Johannes Vermeer, Soldat et jeune fille souriant (ca. 1658), The Frick Collection, New-York

En tant qu’incarnation du vice, les femmes buvant du vin constituent un motif essentiel de l’oeuvre de Vermeer. Dans un style élégant et raffiné, il peint la vie intime de femmes silencieuses et intemporelles à qui il donne une impression de naturel qui émeut. Il va consacrer six de ses œuvres aux méfaits du vin (sur un total de seulement trente-cinq connues). Dans celle-ci, le vin est très clairement désigné comme l’instrument de la séduction à qui il donne toute sa saveur. De nombreuses peintures de cette époque représentent des femmes qui se laissent séduire par le vin et par les hommes, au mépris de la morale ambiante.

Musée Virtuel du Vin, galerie « Amour et séduction » >>

Tenez-vous informé des nouvelles publications sur le site de MVV Musée Virtuel du Vin en vous abonnant à son blog (colonne de droite ci-contre). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail

Publié dans 17° siècle, Amour et séduction, New-York, Frick Collection, Peinture, Vermeer (GM) | Tagué , , ,

Demi-mondaine en cabinet particulier

Henri de Toulouse-Lautrec, En cabinet particulier au Rat mort (1899), Courtauld Institute, Londres

Henri de Toulouse-Lautrec, En cabinet particulier au Rat mort (1899), Courtauld Institute, Londres

L’œuvre du mois – Connu pour son penchant pour les nuits parisiennes agitées, Toulouse-Lautrec nous montre ici Lucy Jourdain, une célèbre demi-mondaine accompagnée de son amant le baron de W. Le Cabinet particulier renvoie au genre de « petits salons que l’on peut réserver dans les meilleurs restaurants de Paris, qui évoque la luxure et se trouve souvent traité par les caricaturistes », souligne Danièle Devynck, la conservatrice en chef du Musée Toulouse-Lautrec d’Albi, avant d’ajouter : « L’œuvre fait référence à un café-restaurant où Toulouse-Lautrec se rend fréquemment à la fin des années 1890 ». Il s’agit du Rat Mort, situé rue Pigalle en face de la Nouvelle-Athènes, établissement fréquenté par beaucoup d’hommes de lettres. Les débuts du Café Pigalle, son nom d’origine, furent des plus modestes ; mais un hasard heureux le fit sortir de l’obscurité. Plusieurs clients de La Nouvelle–Athènes ayant eu maille à partir avec le patron allèrent s’attabler au nouveau café. Les peintures étaient encore fraîches, les plâtres encore humides, et l’on respirait dans la salle du premier étage une odeur tellement désagréable qu’un des nouveaux clients dit : « Cela sent le rat mort ici. » Le café était baptisé. Bientôt toute la bande des amis des déserteurs de La Nouvelle-Athènes les suivit. Le Rat Mort va devenir le rendez-vous de tout ce qui comptait comme journalistes, écrivains, peintres et femmes esseulées ou non.

En France, au XIXème siècle, demi-mondaine désignait une femme entretenue par un ou plusieurs riches Parisiens. « Ces messieurs étaient assez fortunés pour subvenir aux besoins d’une femme au foyer et d’une autre pour la galerie. En additionnant leur moitié avec une demie, ils réinventaient la bigamie. » La Belle Epoque est le règne de célèbres demi-mondaines (Emilienne d’Alençon, Cléo de Mérode, Caroline Otéro, Liane de Pougy). Elles sont fêtées par les grands noms de l’aristocratie. La vie de ces belles de la « haute bicherie » (des femmes entretenues, des cocottes) ne se conçoit pas sans champagne ! Lire la suite >>

Tenez-vous informé des nouvelles publications sur le site de MVV Musée Virtuel du Vin en vous abonnant à son blog (colonne de droite ci-contre). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.

Publié dans 19° siècle, Amour et séduction, Londres, Courtauld Institute, Peinture, Toulouse-Lautrec (GM) | Tagué , ,

« Le roi boit ! »

Jacob Jordaens, Le Roi boit (1640 ?), Musées royaux des beaux-arts, Bruxelles

Jacob Jordaens, Le Roi boit (1640 ?), Musées royaux des beaux-arts, Bruxelles

Cette scène exubérante trouve son origine dans la coutume qui veut que celui qui découvre la fève cachée dans son morceau de gâteau, le jour des Rois (6 janvier), devienne le temps d’un soir le roi de la soirée et choisisse sa cour parmi ses convives. Chaque fois qu’il porte son verre à sa bouche, l’assemblée s’exclame : « Le roi boit ! » Au centre, derrière une table richement garnie de vaisselle précieuse, de gaufres, de pâtés et de vin, trône le souverain du jour avec sa couronne en carton. L’excès avec lequel les personnages de Jordaens se donnent du bon temps – qui ne contribue pas nécessairement à leur bonheur – semble trouver un commentaire plutôt ambivalent dans le texte du cartouche central : « C’est bon d’être invité/S’il ne faut pas payer ». Si l’idée de ne pas payer son écot est agréable, elle peut mener à des excès qui le sont bien moins. Le tableau n’est donc pas exempt d’une certaine ironie, sinon d’une certaine morale.

Musée Virtuel du Vin, galerie « Fêtes et vie en société » >>

Tenez-vous informé des nouvelles publications sur le site de MVV Musée Virtuel du Vin en vous abonnant à son blog (colonne de droite ci-contre). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.

 

Publié dans 17° siècle, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts, Fêtes et vie sociale, Jordaens Jacob, Peinture | Tagué , , ,

Pas de repas de fête sans vin du partage

Claesz Pieter Nature morte a la tourte de dinde

Pieter Claesz, Nature morte à la tourte de dinde, 1627 – Rijksmuseum, Amsterdam

Témoignant de la notoriété de la vigne et du vin, très nombreux sont les artistes qui les ont mis en scène dans leurs natures mortes, poursuivant un objectif symbolique ou simplement décoratif. Et ce dès l’antiquité, comme en témoignent les mosaïques et fresques d’alors en Italie, dans la région du Vésuve. L’histoire de la peinture voit se développer ce nouveau genre dès la fin du XVI° siècle. Il prend tout son essor au XVII° siècle.

Certaines œuvres n’y sont pas exemptes d’informations sur les habitudes alimentaires et les croyances de l’époque : le citron, omniprésent dans les très populaires natures mortes hollandaises, était censé agir contre le poison qui se cachait, entre autres, dans… la vaisselle d’or et d’argent ; on estimait salutaire le vin en ce qu’il facilitait la digestion des melons, pêches et autres fruits ; quant aux huîtres, on dit d’elles qu’« elles ouvrent l’appétit, l’envie de manger et de partager sa couche, ce qui convient autant aux joyeux caractères qu’aux personnes délicates…» (Johan van Beverwyck, 1651).

Musée Virtuel du Vin, collection « La nature morte » (34 œuvres) >>

Tenez-vous informé des nouvelles publications sur le site de MVV Musée Virtuel du Vin en vous abonnant à son blog (colonne de droite ci-contre). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.

Publié dans 17° siècle, Amsterdam, Riksmuseum, Claesz Pieter, Nature morte, Peinture | Tagué , , ,

Réunion de famille festive chez l’artiste

Steen Comme les vieux chantent les jeunes piaillent

Jan Steen, Comme les vieux chantent, les enfants piaillent (Réunion de famille chez l’artiste), ca. 1668-1670 – Mauritshuis, La Haye

Dans Comme les vieux chantent, les enfants piaillent de Steen, l’ambiance de cette réunion de famille est festive : on mange, on fait de la musique, on boit, on fume, on rit et on crie. La femme sur la gauche porte un corsage laissant voir la naissance de ses seins. Elle est très jeune et son air malicieux témoigne de sa libération suite à la perte de sa virginité ; elle a une nouvelle approche de la vie, tout comme l’oiseau qu’elle a libéré en ouvrant sa cage. Même vide, celle-ci lui rappelle comment elle devrait se conduire (la cage à oiseau est un symbole de la captivité en amour bien connu des peintres hollandais : par exemple, quelques années plutôt, Vermeer avec La Leçon de musique interrompue). Peu lui chaut, elle tend son verre pour qu’il soit à nouveau rempli. Le vin pétille et une cruche traîne par terre. Sur la droite, le père (Steen lui-même) s’amuse à apprendre à son jeune fils à fumer la pipe. Le chant lisible sur le papier que tient la vieille femme est tiré d’un vieux proverbe flamand qui stigmatise l’exemple désastreux, sinon vicieux, que les adultes donnent aux jeunes.

Musée Virtuel du Vin, galerie « Fêtes et vie en société » >>

Tenez-vous informé des nouvelles publications sur le site de MVV Musée Virtuel du Vin en vous abonnant à son blog (colonne de droite ci-contre). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.

Publié dans 17° siècle, Fêtes et vie sociale, La Haye, Mauritshuis, Peinture, Steen Jan | Tagué , , ,

Le vin nouveau de la Saint-Martin

Bruegel 02

Peter Brueghel l’Ancien, Le Vin à la fête de la Saint Martin (ca. 1565-1568), Musée du Prado, Madrid

Le Vin à la fête de la Saint Martin de Peter Bruegel l’Ancien, découvert en 2010 seulement, représente une scène villageoise (le 11 novembre) au cours de laquelle on boit le vin nouveau. Cette œuvre porte ainsi à quarante et une le nombre de toiles connues du peintre flamand dans le monde. Le saint est ce noble cavalier monté sur un cheval blanc, dans l’angle inférieur droit de la toile, qui a sorti son épée afin de couper une partie de son manteau pourpre pour la donner à un mendiant afin qu’il cache sa nudité et se réchauffe. Bruegel associant cette pieuse générosité du jeune soldat à une scène de beuverie campagnarde. Les détails scabreux prolifèrent. On se presse autour de la barrique écarlate pour remplir un pot ou une tasse, hommes et femmes mêlés, sans distinction de sexe ni d’âge. On se pousse, on s’empoigne. Les visages indiquent, selon les cas, la concupiscence, la colère ou l’intempérance, autant de péchés capitaux. Le tableau est décrit par le Prado comme « une sorte de tour de Babel composée de buveurs de vin », La toile est donc construite sur l’opposition entre le geste admirable du saint et l’ignominie des buveuses et des buveurs. Le premier ne fait que rendre la seconde plus misérable. Le Vin à la fête de Saint Martin fonctionne lui aussi à la manière d’une leçon de morale et d’un rappel aux vertus élémentaires.

Musée Virtuel du Vin, galerie « Fêtes et vie en société » >>

Tenez-vous informé des nouvelles publications sur le site de MVV Musée Virtuel du Vin en vous abonnant à son blog (colonne de droite ci-contre). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.

Publié dans 16° siècle, Brueghel l'Ancien (GM), Fêtes et vie sociale, Madrid, Museo del Prado, Peinture | Tagué , ,

Une jeune femme ivre endormie

Johannes Vermeer, La Jeune femme endormie (ca. 1657), Metropolitan Museum of Art, New York

Johannes Vermeer, La Jeune femme endormie (ca. 1657), Metropolitan Museum of Art, New York

En tant qu’incarnation du vice, les femmes buvant du vin, quitte a en être ivres, constituent un motif essentiel de l’oeuvre de Vermeer. Cet intimiste hollandais de l’Ecole de Delft peint dans un style élégant et raffiné, la vie intime des femmes silencieuses et intemporelles à qui il donne une impression de naturel qui émeut. Il va consacrer six de ses œuvres aux méfaits du vin (sur un total de seulement trente-cinq connues). Si La Jeune femme endormie ici représentée traite des méfaits d’une consommation immodérée, le vin dans les autres œuvres est très clairement désigné comme le catalyseur de la séduction (cf. Galerie  » Amour et séduction »). Le vin est comme un philtre d’amour qui peut avoir deux sortes d’effets, soit un amour extrême et insensé, soit un état de mélancolie paralysante…

Lire la suite >>

Tenez-vous informé des nouvelles publications sur le site de MVV Musée Virtuel du Vin en vous abonnant à son blog (colonne de droite ci-contre). Il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail.

Publié dans 17° siècle, New York, Met, Peinture, Vermeer (GM), Vin de l'ivresse | Tagué , , , , ,

Le combat de Carnaval et Carême

Musée Virtuel du Vin Brueghel 01 a

Peter Brueghel l’Ancien, Le Combat de Carnaval et Carême (1559), Kunsthistorisches Museum, Vienne

Peter Breughel (1525/1530-1569) est considéré comme le plus grand des peintres de « genre » du XVI° siècle flamand. S’il est surtout connu pour ses scènes de la vie paysanne, c’est un fin observateur de la vie truculente et du folklore populaire. Il réinvestit le folklore visionnaire de Jérôme Bosch.

Tout est prétexte pour oublier la dureté de la vie quotidienne. C’est l’une des raisons d’être des nombreuses fêtes religieuses, qui remplaçaient alors avantageusement les congés payés d’aujourd’hui. « Le Combat de Carnaval et de Carême » de Pierre Breughel l’Ancien (1559, Kunsthistorisches Museum, Vienne) est exemplaire à cet effet…

Pour en savoir plus >>

Publié dans 16° siècle, Brueghel l'Ancien (GM), Fêtes et vie sociale, Peinture, Vienne, Kunsthistorisches Museum

Dionysos dieu du vin et de la vigne

Dionysos_Pella

Dionysos assis sur une panthère, mosaïque IVe siècle av. J.-C., Musée de Pella (Grèce)

Dans la mythologie grecque, Dionysos est le dieu de la vigne, du vin et de ses excès ainsi que du théâtre et de la tragédie. Il est le fils de Zeus et de la mortelle Sémélé. Il a été adopté par les Romains sous le nom de Bacchus.

Dionysos est avant tout un dieu du vin, de la végétation arborescente et de tous les sucs vitaux (sève, urine, sperme, lait, sang). Il se spécialise ensuite dans la vigne, qu’il est censé avoir donnée aux hommes, ainsi que dans l’ivresse et la transe mystique. Il permet à ses fidèles de dépasser la mort. Comme le soma védique des brahmanes, le vin est censé aider à conquérir l’immortalité.

Attributs de Dionysos et animaux associés >>

Publié dans Antiquité, Artiste inconnu, Arts décoratifs, Grèce, Musée de Pella, Nectar des dieux | Tagué , , , , , , ,